Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
Panthéon, PARIS 5e, 52.51 m2
logo Savills
Imprimer

Appartement au dernier étageavec vue Panthéon

PANTHEON Exclusivité - Au pied de la place du Panthéon, dans un immeuble du 17e siècle, rue Laplace, un appartement traversant au dernier étage en duplex au 4e et 5e étage accessible par escalier de 50,14 m2 loi Carrez, (au sol 52 m2). L'accès est au 4e étage, l'appartement au 5è étage : il se compose d'une entrée ouvrant sur un séjour avec cuisine ouverte et une chambre, le tout avec une vue majeure sur le Panthéon et l'Eglise Saint Etienne du Mont, orienté sud, côté est une autre chambre, une salle de douche avec lingerie, un petit débarras. L'appartement est en bon état, bénéficie d'un plan excellent, de calme absolu, baigné de lumière et de soleil. Toutes les pièces sont éclairées par de grandes fenêtres. Emplacement de premier ordre dans le 5e arrondissement, sans aucun vis à vis. Sectorisation Lycée Henri IV.

Honoraires à la charge du vendeur


Demander une visite / Poser une question

Partager ce bien

Diagnostic de Performance Energétique

Quartier : Quartier Panthéon

Les Romains ne s’y sont pas trompés, qui avaient choisi cette colline pour dominer Lutèce. Depuis deux millénaires, cette Montagne un jour baptisée Sainte Geneviève est la plus ancienne vigie de Paris. L’histoire de la ville s’y lit à chaque immeuble, à chaque instant, comme la vue en coupe d’une fabuleuse épopée.

L’enchevêtrement des rue d’Ecosse, Lanneau et Laplace est une bouffée médiévale. A deux pas, la belle rigueur du Panthéon, où sommeillent nos grands hommes, éclabousse de clarté. Ici, l’on passe souvent de l’ombre à la lumière. Douce obscurité de Saint Etienne du Mont, de ces venelles aux noms intemporels : Tournefort, du Pot de Fer ; et puis, soudain, ces places où fourmille une vie joyeuse et bienveillante : les riantes terrasses de la Contrescarpe, le gourmand marché de la Place Monge, le sable fin des arènes de Lutèce, enfin ce Jardin des plantes qui n’est jamais loin.

Voilà un quartier où l’on n’en a jamais fini de monter… et de redescendre ! A la belle côte de la rue des Carmes, qui débouche sur le dôme du Panthéon, répond la pente de Mouffetard, qui s’épanouit dans un déferlement de victuailles (surtout le dimanche matin !) pour mieux prendre un café au chevet de la ravissante église Saint Médard.

Rodin est né ici, Descartes, Diderot, Mérimée et Verlaine y ont posé leurs bagages, jusqu’à Hemingway, qui fuyait les folies de Montparnasse pour trouver dans ces parages la magie d’un Paris hors du temps.  Ah, la douceur de vivre du Panthéon…

 

La vie du quartier :

Malgré la richesse touristique de ce quartier, le Panthéon n’a jamais perdu son charme, son âme, ses habitants, sa vie secrète. Déjeuner contre des professeurs de la Sorbonne, dans l’illustre Balzar ; prendre une citronnade dans la cour du charmant Hôtel des Grandes Ecoles ; aller regarder les étudiants qui planchent et buchent, dans la spectaculaire Bibliothèque Sainte Geneviève ; et puis flâner de jardin caché et haltes discrètes : la jardin du Centre Culturel Irlandais, celui de l’Ecole Normale Supérieure, rue d’Ulm. Toujours le Paris des arbres répond à celui de la pierre, dans cette harmonie éternelle qui n’en finit pas d’enchanter la ville lumière.   

 

Incontournable :

Quartier des premières églises parisiennes, la Montagne Sainte Geneviève possède aussi la plus ancienne (et plus belle) mosquée de Paris. Aller y boire le thé à la menthe un dimanche de printemps, est une expérience gourmande et raffinée qu’on ne saurait trop recommander. 


Négociateur : Anne La Clavière

+ 33 1.45.55.79.00

+ 33 6.15.83.14.71

alaclaviere@varenne.fr


Quartier Panthéon

Les Romains ne s’y sont pas trompés, qui avaient choisi cette colline pour dominer Lutèce. Depuis deux millénaires, cette Montagne un jour baptisée Sainte Geneviève est la plus ancienne vigie de Paris. L’histoire de la ville s’y lit à chaque immeuble, à chaque instant, comme la vue en coupe d’une fabuleuse épopée.

L’enchevêtrement des rue d’Ecosse, Lanneau et Laplace est une bouffée médiévale. A deux pas, la belle rigueur du Panthéon, où sommeillent nos grands hommes, éclabousse de clarté. Ici, l’on passe souvent de l’ombre à la lumière. Douce obscurité de Saint Etienne du Mont, de ces venelles aux noms intemporels : Tournefort, du Pot de Fer ; et puis, soudain, ces places où fourmille une vie joyeuse et bienveillante : les riantes terrasses de la Contrescarpe, le gourmand marché de la Place Monge, le sable fin des arènes de Lutèce, enfin ce Jardin des plantes qui n’est jamais loin.

Voilà un quartier où l’on n’en a jamais fini de monter… et de redescendre ! A la belle côte de la rue des Carmes, qui débouche sur le dôme du Panthéon, répond la pente de Mouffetard, qui s’épanouit dans un déferlement de victuailles (surtout le dimanche matin !) pour mieux prendre un café au chevet de la ravissante église Saint Médard.

Rodin est né ici, Descartes, Diderot, Mérimée et Verlaine y ont posé leurs bagages, jusqu’à Hemingway, qui fuyait les folies de Montparnasse pour trouver dans ces parages la magie d’un Paris hors du temps.  Ah, la douceur de vivre du Panthéon…

 

La vie du quartier :

Malgré la richesse touristique de ce quartier, le Panthéon n’a jamais perdu son charme, son âme, ses habitants, sa vie secrète. Déjeuner contre des professeurs de la Sorbonne, dans l’illustre Balzar ; prendre une citronnade dans la cour du charmant Hôtel des Grandes Ecoles ; aller regarder les étudiants qui planchent et buchent, dans la spectaculaire Bibliothèque Sainte Geneviève ; et puis flâner de jardin caché et haltes discrètes : la jardin du Centre Culturel Irlandais, celui de l’Ecole Normale Supérieure, rue d’Ulm. Toujours le Paris des arbres répond à celui de la pierre, dans cette harmonie éternelle qui n’en finit pas d’enchanter la ville lumière.   

 

Incontournable :

Quartier des premières églises parisiennes, la Montagne Sainte Geneviève possède aussi la plus ancienne (et plus belle) mosquée de Paris. Aller y boire le thé à la menthe un dimanche de printemps, est une expérience gourmande et raffinée qu’on ne saurait trop recommander.