Saint-Sulpice, PARIS 6e, 286.22 m2
Saint-Sulpice, PARIS 6e, 286.22 m2
Saint-Sulpice, PARIS 6e, 286.22 m2
Saint-Sulpice, PARIS 6e, 286.22 m2
Saint-Sulpice, PARIS 6e, 286.22 m2
Saint-Sulpice, PARIS 6e, 286.22 m2
Saint-Sulpice, PARIS 6e, 286.22 m2
Saint-Sulpice, PARIS 6e, 286.22 m2
Saint-Sulpice, PARIS 6e, 286.22 m2
Saint-Sulpice, PARIS 6e, 286.22 m2
Saint-Sulpice, PARIS 6e, 286.22 m2
Saint-Sulpice, PARIS 6e, 286.22 m2
Saint-Sulpice, PARIS 6e, 286.22 m2
logo Savills
Imprimer

Hôtel de Sourdéac

Saint-Sulpice/Garancière. Hôtel de Sourdéac. Hôtel à la façade admirable construit sous Louis XIII par René le Rieux occupé jadis par d'illustres personnalités dont la famille et les éditions PLON. Début XIXème et plus récemment la presse de la cité et le Sénat. Au 1er étage sur cour de 274,15 m2 et 12,07 m2 (chambre bureau) appartement accessible par l'escalier d'honneur et entrées de service B et C par ascenseur. Une entrée principale par escalier d'honneur donnant au sud sur la cour avec une enfilade de 3 pièces de réceptions aux volumes remarquables et une hauteur sous plafonds de 5m, et des éléments de décorations dont parquets Versailles, bibliothèque et porte d'époque. Dans le prolongement des pièces de réception, deux chambres, un bureau, deux salles de bains, une cuisine et de nombreux dégagements. Une troisième chambre avec sa salle de bains sur l'avant de l'appartement, à droite de l'entrée principale (donnant à l'est sur la rue Garancière) et disposant d'un accès direct sur la porte de l'escalier B (ascenseur). Une chambre de service/bureau de 12 m2 complète ce bien ainsi que 3 caves et une tolérance de stationnement pour une voiture dans la cour.

Honoraires à la charge du vendeur


Demander une visite / Poser une question

Partager ce bien

Diagnostic de Performance Energétique

Quartier : Quartier Saint Sulpice

Elle a toujours eu un charme romain, cette place St Sulpice. Une petite gifle d’Italie, au cœur du vieux Paris. Servandoni, son architecte, était d’ailleurs Florentin. Et lorsque sonnent les cloches de l’église, à l’heure du petit crème au Café de la Mairie, tandis que les pigeons volent autour de la fontaine, on croirait entendre des « ciao ! » et des « auguri ! »

Un vrai trait d’union entre la ville éternelle et la ville lumière, dans ce quartier qui fut longtemps l’épicentre religieux de Paris. Du Vatican à la rive gauche il n’y avait qu’un pas, et l’actuel hôtel des impôts était d’ailleurs le célèbre séminaire de St Sulpice. La religion est aujourd’hui circonscrite à l’église elle-même (parmi les plus grandes et belles de Paris, où furètent désormais les lecteurs passionnés du Da Vinci Code !) mais le quartier en a conservé une noblesse et un lustre de haute volée.

A l’ombre des deux tours asymétriques de l’église fourmillent de merveilleuses ruelles, toute droites issues du Paris de l’ancien régime : la courbe douce de la rue Servandoni, les hôtels particuliers de la rue Férou, l’étrange pont des soupirs de la rue Garancière, et puis ce marché St Germain, en lieu et place d’une célèbre foire qui se tint à Paris durant tout le Moyen-Age. Enfin cette fontaine, où trônent les quatre grands évêques du XVIIe siècle, et on l’on rêverait de se baigner comme Anita Ekberg dans la Dolce Vita. L’Italie, à nouveau…

 

La vie du quartier :

Quand on vit à l’ombre de St Sulpice, on ne songe plus aller ailleurs. Un Perrier au Café de la Mairie ; un verre à la Compagnie des vins surnaturels ; un macaron chez Pierre Hermé ; une viande canaille chez l’un des nombreux bistrots de la rue des Canettes et de la rue Guisarde ; une pizza au Golfe de Naples ; un déjeuner sur le pouce au Tournon, pour épier les sénateurs en goguette ; une pièce de théâtre au Vieux Colombier, salle « hors les murs » de la Comédie Française ; et puis un tour chez Castel, rue Princesse, qui vient de trouver une nouvelle jeunesse… 

 

Incontournable :

Parmi les plaisirs coupables du quartier, il faut aller le dimanche matin, lorsque les croissants sortent tout chaud du fournil de la boulangerie Mulot, à l’angle Seine-Lobineau. La gourmandise devient alors superlative !

 


Négociateur : Ludovic Brabant

+ 33 1.45.55.79.10

+ 33 6.23.58.51.79

lbrabant@varenne.fr


Quartier Saint Sulpice

Elle a toujours eu un charme romain, cette place St Sulpice. Une petite gifle d’Italie, au cœur du vieux Paris. Servandoni, son architecte, était d’ailleurs Florentin. Et lorsque sonnent les cloches de l’église, à l’heure du petit crème au Café de la Mairie, tandis que les pigeons volent autour de la fontaine, on croirait entendre des « ciao ! » et des « auguri ! »

Un vrai trait d’union entre la ville éternelle et la ville lumière, dans ce quartier qui fut longtemps l’épicentre religieux de Paris. Du Vatican à la rive gauche il n’y avait qu’un pas, et l’actuel hôtel des impôts était d’ailleurs le célèbre séminaire de St Sulpice. La religion est aujourd’hui circonscrite à l’église elle-même (parmi les plus grandes et belles de Paris, où furètent désormais les lecteurs passionnés du Da Vinci Code !) mais le quartier en a conservé une noblesse et un lustre de haute volée.

A l’ombre des deux tours asymétriques de l’église fourmillent de merveilleuses ruelles, toute droites issues du Paris de l’ancien régime : la courbe douce de la rue Servandoni, les hôtels particuliers de la rue Férou, l’étrange pont des soupirs de la rue Garancière, et puis ce marché St Germain, en lieu et place d’une célèbre foire qui se tint à Paris durant tout le Moyen-Age. Enfin cette fontaine, où trônent les quatre grands évêques du XVIIe siècle, et on l’on rêverait de se baigner comme Anita Ekberg dans la Dolce Vita. L’Italie, à nouveau…

 

La vie du quartier :

Quand on vit à l’ombre de St Sulpice, on ne songe plus aller ailleurs. Un Perrier au Café de la Mairie ; un verre à la Compagnie des vins surnaturels ; un macaron chez Pierre Hermé ; une viande canaille chez l’un des nombreux bistrots de la rue des Canettes et de la rue Guisarde ; une pizza au Golfe de Naples ; un déjeuner sur le pouce au Tournon, pour épier les sénateurs en goguette ; une pièce de théâtre au Vieux Colombier, salle « hors les murs » de la Comédie Française ; et puis un tour chez Castel, rue Princesse, qui vient de trouver une nouvelle jeunesse… 

 

Incontournable :

Parmi les plaisirs coupables du quartier, il faut aller le dimanche matin, lorsque les croissants sortent tout chaud du fournil de la boulangerie Mulot, à l’angle Seine-Lobineau. La gourmandise devient alors superlative !