Saint Sulpice, Paris 6e, 196.79 m2
Saint Sulpice, Paris 6e, 196.79 m2
Saint Sulpice, Paris 6e, 196.79 m2
Saint Sulpice, Paris 6e, 196.79 m2
Saint Sulpice, Paris 6e, 196.79 m2
Saint Sulpice, Paris 6e, 196.79 m2
Saint Sulpice, Paris 6e, 196.79 m2
Saint Sulpice, Paris 6e, 196.79 m2
Saint Sulpice, Paris 6e, 196.79 m2
Saint Sulpice, Paris 6e, 196.79 m2
Saint Sulpice, Paris 6e, 196.79 m2
Saint Sulpice, Paris 6e, 196.79 m2
Saint Sulpice, Paris 6e, 196.79 m2
Saint Sulpice, Paris 6e, 196.79 m2
logo Savills
Imprimer

Jolies vues sur la place

SAINT SULPICE A l'une des adresses parisiennes les plus emblématiques, avec de jolies vues sur la place et l'église Saint-Sulpice, un appartement de cinq chambres, d'une superficie loi Carrez de 196,8m2 et 200 m2 au sol et d'une hauteur sous plafond de 3,15m. Il est situé au premier étage par ascenseur (construit en 1892, il fut le premier ascenseur hydraulique de la capitale). Il se compose d'une grande entrée desservant les vastes pièces de réception, le salon offrant une vue remarquable sur la fontaine. La salle à manger avec ses volets intérieurs peints par Gustave Guinery ouvre sur les vitraux de l'église. Une chambre avec une salle de douche attenante et une seconde chambre ou bureau donnent sur la place et ses arbres. Trois autres chambres avec une salle de bains, une cuisine. Triple exposition Est Ouest et Nord.

Honoraires à la charge de l'acquéreur


Demander une visite / Poser une question

Partager ce bien

Diagnostic de Performance Energétique

Quartier : Quartier Saint Sulpice

Elle a toujours eu un charme romain, cette place St Sulpice. Une petite gifle d’Italie, au cœur du vieux Paris. Servandoni, son architecte, était d’ailleurs Florentin. Et lorsque sonnent les cloches de l’église, à l’heure du petit crème au Café de la Mairie, tandis que les pigeons volent autour de la fontaine, on croirait entendre des « ciao ! » et des « auguri ! »

Un vrai trait d’union entre la ville éternelle et la ville lumière, dans ce quartier qui fut longtemps l’épicentre religieux de Paris. Du Vatican à la rive gauche il n’y avait qu’un pas, et l’actuel hôtel des impôts était d’ailleurs le célèbre séminaire de St Sulpice. La religion est aujourd’hui circonscrite à l’église elle-même (parmi les plus grandes et belles de Paris, où furètent désormais les lecteurs passionnés du Da Vinci Code !) mais le quartier en a conservé une noblesse et un lustre de haute volée.

A l’ombre des deux tours asymétriques de l’église fourmillent de merveilleuses ruelles, toute droites issues du Paris de l’ancien régime : la courbe douce de la rue Servandoni, les hôtels particuliers de la rue Férou, l’étrange pont des soupirs de la rue Garancière, et puis ce marché St Germain, en lieu et place d’une célèbre foire qui se tint à Paris durant tout le Moyen-Age. Enfin cette fontaine, où trônent les quatre grands évêques du XVIIe siècle, et on l’on rêverait de se baigner comme Anita Ekberg dans la Dolce Vita. L’Italie, à nouveau…

 

La vie du quartier :

Quand on vit à l’ombre de St Sulpice, on ne songe plus aller ailleurs. Un Perrier au Café de la Mairie ; un verre à la Compagnie des vins surnaturels ; un macaron chez Pierre Hermé ; une viande canaille chez l’un des nombreux bistrots de la rue des Canettes et de la rue Guisarde ; une pizza au Golfe de Naples ; un déjeuner sur le pouce au Tournon, pour épier les sénateurs en goguette ; une pièce de théâtre au Vieux Colombier, salle « hors les murs » de la Comédie Française ; et puis un tour chez Castel, rue Princesse, qui vient de trouver une nouvelle jeunesse… 

 

Incontournable :

Parmi les plaisirs coupables du quartier, il faut aller le dimanche matin, lorsque les croissants sortent tout chaud du fournil de la boulangerie Mulot, à l’angle Seine-Lobineau. La gourmandise devient alors superlative !

 


Négociateur : Nadia Skhiri

+ 33 1.45.55.79.10

+ 33 6.23.34.08.14

nskhiri@varenne.fr


Quartier Saint Sulpice

Elle a toujours eu un charme romain, cette place St Sulpice. Une petite gifle d’Italie, au cœur du vieux Paris. Servandoni, son architecte, était d’ailleurs Florentin. Et lorsque sonnent les cloches de l’église, à l’heure du petit crème au Café de la Mairie, tandis que les pigeons volent autour de la fontaine, on croirait entendre des « ciao ! » et des « auguri ! »

Un vrai trait d’union entre la ville éternelle et la ville lumière, dans ce quartier qui fut longtemps l’épicentre religieux de Paris. Du Vatican à la rive gauche il n’y avait qu’un pas, et l’actuel hôtel des impôts était d’ailleurs le célèbre séminaire de St Sulpice. La religion est aujourd’hui circonscrite à l’église elle-même (parmi les plus grandes et belles de Paris, où furètent désormais les lecteurs passionnés du Da Vinci Code !) mais le quartier en a conservé une noblesse et un lustre de haute volée.

A l’ombre des deux tours asymétriques de l’église fourmillent de merveilleuses ruelles, toute droites issues du Paris de l’ancien régime : la courbe douce de la rue Servandoni, les hôtels particuliers de la rue Férou, l’étrange pont des soupirs de la rue Garancière, et puis ce marché St Germain, en lieu et place d’une célèbre foire qui se tint à Paris durant tout le Moyen-Age. Enfin cette fontaine, où trônent les quatre grands évêques du XVIIe siècle, et on l’on rêverait de se baigner comme Anita Ekberg dans la Dolce Vita. L’Italie, à nouveau…

 

La vie du quartier :

Quand on vit à l’ombre de St Sulpice, on ne songe plus aller ailleurs. Un Perrier au Café de la Mairie ; un verre à la Compagnie des vins surnaturels ; un macaron chez Pierre Hermé ; une viande canaille chez l’un des nombreux bistrots de la rue des Canettes et de la rue Guisarde ; une pizza au Golfe de Naples ; un déjeuner sur le pouce au Tournon, pour épier les sénateurs en goguette ; une pièce de théâtre au Vieux Colombier, salle « hors les murs » de la Comédie Française ; et puis un tour chez Castel, rue Princesse, qui vient de trouver une nouvelle jeunesse… 

 

Incontournable :

Parmi les plaisirs coupables du quartier, il faut aller le dimanche matin, lorsque les croissants sortent tout chaud du fournil de la boulangerie Mulot, à l’angle Seine-Lobineau. La gourmandise devient alors superlative !